Hip Hop is Dead ?

B – HIP HOP IS DEAD ?

C’est ce que disait donc NAS en 2006, dans un album tout juste honnête. NAS, le rappeur aux cours d’histoire audio les plus courts et les plus simplistes (cf la chanson I can en 2002, à opposer au savoir impressionnant de La Rumeur par exemple), NAS accessoirement responsable d’un des meilleurs albums de popop EVER (Illmatic – à souligner la PARFAITE réédition de 2004), NAS l’artiste me permettant une bonne entrée en matière.

Alors, il est mort le hip hop ? (comme le prétend Fuzati dans son anthologique et musicalement réactionnaire Vive la Vie). Ba non. Pas pour moi en tout cas. Car mes découvertes hip hop les plus heureuses se sont faites lors de cette décennie et avec des albums de cette décennie. Car l’un des meilleurs albums de ces 10 derniers années est un lp de hip hop. Car MF Doom est surement un le plus grand artiste underground EVER. L’autotune ne l’a pas tué, la mainstreamisation poussée peut être. Faut-il le regretter ? Le hip hop est aujourd’hui le plus gros vendeur de disques aux US, le plus gros faiseurs de singles (Jay Z avec Beyoncé ou Rihana, Timbaland avec Timberlake, Will.I.Am dit « le génial »).

La France, deuxième marché hip hop au monde, n’est pas en reste, la République possédant désormais elle aussi ses artistes faisant office de caution « bonne conscience » aux détracteurs du genre (Abd al Malik, Grand Corps Malade, Diam’s jusqu’à la conversion à l’Islam). Le Hip Hop s’est mainstreamisé, ça ne veut pas dire qu’il est mort. (longue) Démonstration (en commençant par le popop caincain).

1 – Le popop mainstrean (celui qui a vendu des disques par bacs entiers).

Outkast – Stankonia (2000)

Outkast a apporté au hip hop ce que Hendrix a apporté au rock. Dans 30 ans, Outkast sera perçu comme un des groupes les plus importants de la « musique actuelle » des années 90 – 00. Outkast va au-delà du hip hop, Outkast a les meilleures instrus, Outkast a les meilleurs lyrics, Outkast a sorti un des meilleurs singles de tous les temps (B.O.B.). A 18 ans à peine (en 1994), Outkast a sorti un des meilleurs albums de hip hop old school, explosant toute tentative inutile de G Funk boursouflé. Outkast a inventé le Dirty South. Tout à fait normalement, Outkast est un des groupes qui a vendu le plus de disques au monde lors de cette décennie, que même ma grand-mère connait (grâce à Hey Ya !). Outkast, c’est deux personnes, dont Andre 3000 qui a été pendant un certain temps le mari d’Erykah Badu (soit la classe ultime et atemporelle). Outkast a sorti le meilleur double album du hip hop (Speakerboxx/The Love Below). Pourtant, c’est Stankonia qui l’emporte haut la main. Car Stankonia est intouchable. Car Stankonia est le Sgt Pepper du hip hop. Outkast est la meilleure synthèse entre succès dans les charts et génie artistique. A l’instar des Beatles finalement. Sauf qu’eux, ils ne sont que 2. Je suis fan d’Outkast.

Eminem – Marshall Mathers Lp (2000)

Et bé oui. Obligé de le citer, cet Elvis des années 00. Car même si il est aujourd’hui la caricature de lui-même (flow poussif, instrus tellement prévisibles, singles tous similaires à the real slim shady), Eminem m’a mis un sacré KO sonore avec son deuxième LP. Si il s’en est vendu 1,79 millions de copies, ce n’est pas par hasard (le fameux argument des chiffres) : force et humour des lyrics (polémique sans nom aux USA), featurings de prestige, flow si particulier, un sans faute (contrairement à 2001 de Dre dont le ventre mou est vraiment mou). Un disque que j’écoute (et récite) encore aujourd’hui avec plaisir, un peu mon « école du micro d’argent » version ricain.

Clipse – Hell Hath no Fury (2006)

Les amateurs me diront que c’est le précédent qu’il faut citer (Lord Willin). Surement. C’est tout de même celui là qui m’a le plus fait bouger (la tête). Si on me demandait de nommer un disque pour justifier le talent de Pharrell Williams, ce serait celui-ci : les instrus sont au canif, extrêmement minimalistes. Les voix de bad boys font le reste. On dirait du vrai gangsta rap, celui avec des bruits d’armes dedans, celui qui donne envie de faire peur (écoutez Chinese New Year). En live cependant, Clipse se transforme en bisounours, s’époumone inutilement, casse le mythe.  Mais peu importe finalement, ce lp est efficace, synthétique (pas de skits éreintants), bourré d’énergie et de talent. Un super disque de hip hop.

FunkMaster Flex – The Mix Tape Volume 4: 60 Minutes of Funk (2000)

La quintessence du mainstream : une compile avec la crème de la crème de l’époque (DMX, Busta Bust, Eminem, Nelly, Lil Kim, Ja Rule, etc.). Le choix peut faire débat, certes. Mais si l’on recherche un instantané du hip hop roi au début des années 2000, c’est cette compile (mix, lp, dur à définir en fait) qu’il faut écouter. Car les featurings sont énormes (la seule chanson que j’ai pu écouter de DMX se trouve sur cet album et elle est incroyable ). Et puis, on ne le sait pas assez, c’est sur ce lp que figure pour la première fois l’hymne hip hop pour petits blancs skieurs.

Ghostface Killah – Fishcale (2006)

Un des faits hip hop majeurs de la décennie a été la mort de Old Dirty Bastard (membre du Wu Tang, le plus fou, celui au flow balbutiant). Ghostface Killah, lui, est le membre du Wu Tang ayant sorti le meilleur album de la décennie. Après, comme d’hab, on peut débattre sur qui, de Fishcale ou de Supreme Clientele, est le meilleur. Ca peut durer trois plombes. Une certitude : Ghostface a été le MC le plus talentueux de tous lors de cette décennie (ce flow qui n’en finit jamais !).

Nelly – Country Grammar (2000)

En voilà un autre qui a vendu des disques par bacs entiers. En voilà un autre qu’on me reprochera surement d’aimer. Il n’empêche que lorsque Nelly est arrivé, personne n’avait son son (son son). Et puis être de St Louis dans le hip hop, c’est assez rare pour être souligné (ne vous inquiétez pas, il le fait 50 fois par chanson). Après, qu’il ait sombré dans la médiocrité est indéniable. Ce lp est donc à écouter en se disant que Nelly « c’était mieux avant » (période St Lunatics ?).

 

Lil Wayne – Tha Carter II (2005)

Lil Wayne : best rappeur(euh) alive ? En tout cas jusqu’en 2008 et l’immense déception que fut Tha Carter III pour moi. Tha Carter II, par contre, m’a inlassablement « bercé » lors de ces dernières années, y revenant plus ou moins sporadiquement, me prenant systématiquement une baffe sonore. Comme si cet album ne s’usait pas. Un rêve que j’aurais aimé vivre : le voir en live au bataclan en 2008. Aujourd’hui, Lil Wayne sort des albums de rock et devient de plus en plus difficile à suivre dans ses délires.

Kanye West – Late Registration (2005)

Kânié me fait un peu penser à Petit Wayne. Deux premiers albums impec, un succès indéniable et puis, pfiout, un troisième album en forme de moisissure artistique mais de consécration mainstream. Qui n’a pas entendu sa reprise des Daft Punk ? Qui ne connait pas l’égo surdimensionné du type qui a officiellement humilié 50 centimes ? Malgré ce côté pénible (he’s a jackass pour Obama), on est un peu obligé de dire que la remise au gout du jour de l’eurodance, c’est lui, que la consécration de l’autotune, c’est lui, que la magie de la production de Be de Common, c’est lui. L’enfant des classes moyennes de Chicago aura éclaboussé de son talent la décennie hip hop. Y compris avec ce lp pratiquement parfait de bout en bout (en prenant aussi en compte les lyrics, Jesus Walks étant la plus emblématique). Aujourd’hui, je me suis un peu lassé. Son flow est trop lent, ça le limite carrément.

Et puis il a sorti 808s & Heartbreak (2008), un lp assez hallucinant où Kanye pleure pendant 40 minutes sur la mort de sa maman et la perte de sa copine. Vraiment bizarre d’entendre cet OVNI dans un pays où chaque rappeur mainstream a la plus grosse … voiture, le plus gros compte en banque, le plus gros égo (même Vanilla Ice). Dans 808, Kanye chante, se met à nu. Et devant tant d’exhibitionnisme, on reste pantois. Musicalement, c’est même pas nul, alors qu’on sent bien qu’il a enregistré le truc en une nuit (il suffit d’écouter la dernière chanson, un live surement enregistré sur un téléphone portable à Tokyo).

Mais que nous réserve-t-il ?

Kanye est un génie, peut être. Kanye est pénible surement.

La suite demain …

Publicités
Comments
One Response to “Hip Hop is Dead ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] – BLACK IS BEAUTIFUL : (NU)SOUL, R’N'B et HIP HOP RICAIN MAINSTREAM, CONSCIENT ET […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :