Pourquoi Arcade Fire est le plus grand groupe du monde [et comment je contribue au buzz]

The Arcade Fire est le plus grand groupe du monde.

Bon, c’est vrai que j’ai plein de « plus grand groupe du monde », en fonction du buzz, des sorties, de l’exaltation provoquée. Mon plus grand groupe du monde y a 1 mois, c’était Outkast (ça ne date pas d’hier d’ailleurs).

Là, clairement, avec le nouvel album, et entre Twitter et les reviews à tout bout de champ, ma fan attitude Arcade Firenne ne peut être qu’exaltée.

Bon, disons que The Arcade Fire est le plus grand groupe de rock indé canadien et apocalyptique du monde.

.

The Arcade Fire, c’est l’exemple parfait d’une mainstreamisation réussie, du groupe que même ta petite sœur va aimer, sans que tu ne le renies. Ce groupe sait exactement où il va, ce qu’il fait, il est maître de sa stratégie marketing (une énorme réussite, assurément).

Et pourtant, comme le disait pitchfork dans la, désormais fameuse, chronique de Funeral (on peut quand même dire sans trop se mouiller que Pitchfork a un peu fait le groupe, comme les New York Red Bulls ont fait Thierry Henry), si The Arcade Fire est si fantastique et génial, c’est avant tout car il touche directement aux émotions. « It’s taken perhaps too long for us to reach this point where an album is at last capable of completely and successfully restoring the tainted phrase « emotional » to its true origin.

The Arcade Fire, c’est le Avatar du rock. Win Butler, c’est le James Cameron de la créativité musicale.

Mais qui n’a jamais assisté à un concert de Arcade Fire ne peut pas comprendre (vous pouvez tenter de vous faire une idée cependant). Car le live est la principale composante de la réussite du groupe. Explication :

Déjà, The Arcade Fire gagne avant tout sa vie grâce aux concerts et aux ventes de leur disques (alors qu’aujourd’hui les revenus de pas mal de groupes viennent des droits touchés pour l’utilisation de leur chanson dans disons, une sonnerie de portable ou une pub) .

Ensuite, c’est la véritable clé de voûte menant à la fan attitude envers le groupe. Selon la date et le public (il est vrai qu’en France, ça passe particulièrement bien, The Arcade Fire s’inscrivant dans une tradition de musique grandiloquente dont l’hexagone est particulièrement friand – on pense à Jeff Buckely pour le meilleur et Muse pour le pire…), si on est un peu chanceux, et aussi très fan, on vivra l’apocalypse, on pourra mourir, heureux, sur le coup. Le groupe donne tellement sur scène. Il faut le voir nous applaudir, il faut voir Régine faire la timide et dire qu’elle n’a jamais vécu ça (alors qu’elle le vit tous les soirs), il faut voir le plaisir qu’ils prennent (et donc, qu’on prend)…

Finalement, ce groupe est vrai, tout simplement. The Arcade Fire n’est pas cool. The Arcade Fire est sincère.

Et puis il y a aussi cette stratégie marketing oui. Quitte à être fan en 2010, autant l’être de ce groupe qui sort des vinyles de toute beauté (pochettes sophistiquées, vinyles fluorescents, face B du grand père de Butler ou en featuring avec David Byrne, Dessins sur la face D) et des goodies en pagaille. Le nouvel album du groupe sort avec 8 pochettes différentes. Impossible de savoir laquelle on aura, en cas d’achat sur Internet. Il faudra aller chez le disquaire pour choisir. C’est le discours du groupe. Loin des sarcasmes du genre « ils s’en foutent plein les poches », je fais le choix de  croire en leur démarche. Démarche qui n’est pas « vieux con » comme ce vieux de James Murphy. Juste nostalgique d’une époque que je n’ai pas vraiment connu où les disques étaient chéris. On a envie de chérir les disques d’Arcade Fire sans même les écouter.

Grâce à The Arcade Fire, je peux conserver mon matérialisme musical. Ca me rappelle mes soirées à décalquer les pochettes de cd que j’empruntais à la bibliothèque. Tiens d’ailleurs, mon rêve, c’est d’avoir leur première sortie vinyle, limitée à 1500 exemplaires, dont j’ai mis la photo ci dessus, et qui montre que, déjà à l’époque, il y avait un côté fétichiste dans leur approche. Fut un temps où le disque ça partait pour 150 $ sur ebay. Je trouvais ça trop cher (ça l’était). Mais je m’en veux encore.

Si l’on reste dans la démarche purement économique, il faut lire cet article de Billboard qui dresse le « modèle économique » du groupe. The Arcade Fire, dès le départ et encore aujourd’hui a fait le choix de ne pas être sur une major. Car le groupe veut conserver les droits de sa musique (ils sont rares, ceux dans ce cas).

En parallèle, il y a aussi la parfaite utilisation d’Internet… Comparé, disons, à un James Murphy sceptique (je ne sais pas pourquoi je m’acharne sur le pauvre Murphy que j’aime beaucoup au demeurant – mais allez plutôt écouter cet interview et abonnez vous à ce fantastique podcast pendant que vous y êtes ), The Arcade Fire a peut être une démarche de vieux con en continuant de croire dans le support matériel de la musique, mais le groupe utilise parfaitement le Web.

On parlait de secte tout à l’heure. On peut dire en tout cas qu’il y a une communauté Arcade Fire. Notamment avec Us Kid Know, où le groupe intervient régulièrement dans les forums. Du coup, les chansons sont judicieusement leakés, et les initiatives sont foisonnantes, qu’elle soit sponsorisées par American Express (concours de photo des banlieues ricaines, principal thème du nouvel album), ou You tube (Webcast du concert live à New York, le 5 aout, dirigée par Terry Gilliam et avec de nombreux guests dont Jack Sparrow). Sarcasmes, sarcasmes, au loin…

.

Il fait bon être fan de ce groupe.

Le nouvel opus au fait ? Touffu. Consistant. Je ne m’avance pas. Je ne l’ai écouté que quelques fois. Quelque chose me dit que ça tutoiera des cimes personnelles. Ils pourraient bien enregistrer un disque de reggae que  je kifferais. Mais qui n’a jamais été fan ne peut pas comprendre.

Publicités
Comments
3 Responses to “Pourquoi Arcade Fire est le plus grand groupe du monde [et comment je contribue au buzz]”
  1. EN lisant ton article un idée m’est venu.

    « Le nouvel album du groupe sort avec 8 pochettes différentes. Impossible de savoir laquelle on aura, en cas d’achat sur Internet. Il faudra aller chez le disquaire pour choisir. »

    L’industrie de la musique s’est tiré un coup dans le pied quand ils ont fait numériser la musique en passant de vinyle à CD. Leur motivation était l’avidité, de revendre leur « back catelogue » dans le nouveau format. Mais c’est cette transition qui, avec le développement de l’internet, a permit la partage des fichiers et le téléchargement illégale qu’on connait aujourd’hui et qui, les maisons de disque nous assurent, va ruiner l’industrie. Et basé sur quoi? Le prétexte utiliser par l’industrie à l’époque était que le numerique était du qualité superieur. Peut-être bien, c’est certainement plus (trop?) pratique mais je ne connais personne qui écoute les vinyle sur un bon chaine stereo qui serait d’accord.

    Mon idée, ou plutôt questionne, est;
    Est-ce que un retour aux vinyle pourrait être le réponse à le téléchargement illégale?

    D’abord il faudrait que la personne qui souhait mettre ça en ligne le numérise. Pas à la portée de tout le monde et ça finirai certainement en étant 90% des enregistrement ambiant, de la qualité pas top quoi. Bon ça surferait peut-être pour avoir un aperçu de l’album mais si tu veux de la qualité tu va aller chez le disquaire.

    Et puis, comme tu a dit dans ton article, ça sens mieux le vinyle. On sort du disquaire avec du poids dans le sac, le GRAND sac! Plus, ils sont beau. Pas besoin d’écrire en corps 5pt tout l’info tu veux communiquer aux fans. Tu as aussi un plus grand surface pour l’art de l’album.
    Bref, si je peux utiliser un peu de jargon, le consommateur a la sens d’avoir acheter un vrai produit en plus de sa musique.
    Payer €18 pour une CD est ridicule, mais pour un vinyle (toujours de qualité) ça n’a pas l’air exorbitant.

    Sinon je pense que la modèle actuelle de Billy Corgan du Smashing Pumpkins semble intéressant. Il va sortir un series des EPs de 4 à 5 titres chaque qui seront disponible en téléchargement gratuit depuis son site, et puis quand le projet sera fini (44 titres) il va sortir le tout dans un coffrer CD édition limité dans les bacs.

  2. Pierre-Jean dit :

    Wow !

    De toute façon, le CD est amené à disparaitre, c est une certitude. Si on veut avoir un rapport matériel à la musique (ce que je suis le premier à avoir), c’est avec le vinyl que ça se fait. Donc je suis, bien sur, d’accord avec toi. Aujourd’hui, la grande majorité des sorties en CD sont aussi disponibles en vinyl, ce qui va d’ailleurs dans ton sens. Certains artistes poussent même la logique plus loin : leur vinyl s’accompagne d’un papier avec une adresse internet et un code permettant de télécharger l’album que tu viens d’acheter en vinyl !

    Il est clair qu’un groupe comme Arcade Fire a tout compris en faisant de si beaux objets. La preuve, mon article !

  3. L’idée du code pour télécharger l’album est un bon idée. Ça permet d’avoir aussi une version numerique haut qualité car je crois pas qu’on est prêt d’abandonner nos iPod (remarque bien j’ai dit iPod, pas baladeur ou lecture mp3)
    Ce qui est important aussi c’est que on télécharge depuis le site de l’artiste lui donnant du trafique et pas le Pirate Bay ou iTunes.

    Mais bon, y a que des cons naïfs comme nous qui pense que un peu de créativité peut sauver une industrie de créatifs.
    Non, ceux qui se connaissent savent que le seule et unique manière de résoudre cette problème est de traiter tout le monde comme des… hhrrm.. « pirates » potentiels et enlever tout ces lois nuls qui protège la vie privé des citoyens. J’ai pas pour toi, mais moi je pense que pour protéger le source de revenue de Vivandi-Universal ça vaut la peine.

    Ah notre chère président, ami des artiste,… on le vaut bien non !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :